Diététicienne-Nutritionniste

Anaëlle CHAUDIER

  • Anaëlle, Diététicienne

Sodas, boissons sucrées : pourquoi ils nuisent gravement à la santé ?

Les boissons sucrées contiennent du sucre ajouté, notamment sous forme de saccharose ou de sirop de glucose-fructose. En France, la consommation de boissons sucrées n’a cessé de croître ces dernières années. Voici pourquoi vous devriez éviter de boire des boissons sucrées et comment éduquer vos enfants dans ce sens …



Les boissons sucrées favorisent la graisse viscérale

Une nouvelle étude parue dans le journal Circulation rapporte que consommer des boissons sucrées chaque jour est associé à une augmentation de la graisse viscérale, qui elle-même augmente le risque de diabète et de maladie cardiaque.

La graisse viscérale est une graisse qui se trouve « en profondeur » autour d’un certain nombre d’organes comme le foie, le pancréas et les intestins. La graisse viscérale affecte la façon dont fonctionnent nos hormones et joue un rôle important dans la résistance à l’insuline, facteur de risque de diabète de type 2 et de maladie cardiaque.

Parmi les 1003 participants de l’étude, ceux qui boivent au moins une boisson sucrée par jour présentent une augmentation de leur graisse viscérale de 852 cm3 après 6 ans de suivi contre seulement 658 cm3 chez ceux qui n’en boivent jamais.


Même light, elles augmentent le risque de diabète

Une étude française menée auprès de 66188 femmes confirme une association entre la consommation de boissons sucrées et le risque de diabète de type 2. Mais elle révèle également un risque de diabète plus élevé avec des boissons dites "light" qui renferment des édulcorants artificiels, qu’avec des boissons sucrées.

Les résultats montrent que les femmes qui consomment des boissons sucrées "light" en boivent plus que celles qui consomment des boissons sucrées "normales" (2,8 verres/semaine soit 568 mL contre 1,6 verres/semaine soit 328 mL en moyenne, respectivement).

Par rapport à celles qui n’en consomment pas du tout, les femmes qui boivent le plus de boissons sucrées (soit plus de 359 mL/semaine) ont un risque de diabète augmenté de 34 % au cours de l’étude (14 ans) ; celles qui boivent le plus de boissons « light » (plus de 603 mL/semaine) ont un risque multiplié par 2,21. A quantité égale consommée, le risque de diabète est plus élevé lorsqu’il s’agit de boissons "light" que de boissons sucrées. Le risque de développer un diabète est de 15% supérieur pour une consommation de 0,5 L/semaine et de 59% supérieur pour 1,5 L/semaine respectivement.

Et il faut savoir que même si vous êtes mince, la consommation de boissons sucrées augmente votre risque de diabète.


Elles contribuent à l’hypertension

Des chercheurs du Connecticut ont étudié l’impact des boissons sucrées sur la pression sanguine. Pour cela, ils ont réalisé une revue de littérature systématique sur la relation entre la consommation de boissons sucrées et la pression sanguine. Ils ont sélectionné 12 études comprenant 409707 participants.

Toutes les études montraient une relation positive entre l’augmentation des apports en boissons sucrées et l’hypertension. Les résultats étaient significatifs du point de vue statistique pour 10 études sur 12. 5 articles sur 12 montraient que la pression artérielle moyenne augmentait et 7 indiquaient une augmentation de l’incidence d'une pression sanguine élevée : les personnes qui buvaient des boissons sucrées augmentaient de 26 à 70 % leur risque de pression sanguine élevée, par rapport à ceux qui n’en buvaient pas. De plus, les adolescents buvant au moins 3 boissons sucrées par jour auraient 87 % de risque en plus d’avoir une pression sanguine élevée.

Pour les auteurs, les boissons sucrées diminueraient les niveaux de monoxyde d’azote dans l’organisme. Le monoxyde d’azote est un vasodilatateur : en augmentant le diamètre des vaisseaux, il permet de réduire la pression du sang. L’augmentation de la pression sanguine pourrait aussi être une réponse au sel présent dans les boissons.


Elles augmentent le risque de maladie cardiovasculaire

Les chercheurs de l’Ecole de santé publique de Harvard dans une étude menée sur plus de 125 000 personnes, ont trouvé des preuves convaincantes que les boissons sucrées sont associées au surpoids, au risque de développer une maladie cardiovasculaire et au diabète de type 2.

Ils ont examiné les données recueillies entre 1980 et 2010 sur 84 628 femmes et les données sur 42 908 hommes recueillies entre 1986 et 2010. Aucun des participants n’avait de diabète, de maladies cardiovasculaires ou de cancer au début de leur participation, et tous ont été suivis tous les 4 ans.

Résultats : les personnes qui consomment 1 à 2 boissons sucrées par jour ont un risque d’infarctus ou de mort subite augmenté de 35%, un risque d'accident vasculaire cérébral augmenté de 16 % et un risque de développer un diabète de type accru de 22 %.

Pendant 6 ans, ils ont suivi une population d’environ 18 000 adultes âgés de plus de 45 ans. Les participants ont répondu à un questionnaire alimentaire pour évaluer leur consommation de boissons sucrées (sodas et jus de fruits) et d’aliments sucrés (desserts, céréales du petit déjeuner…).

Leurs résultats montrent que les participants qui boivent quotidiennement au moins 700 mL de boissons sucrées ont deux fois plus de risque de décéder prématurément de maladie cardiovasculaire que ceux qui boivent moins de 30 mL par jour. Les chercheurs ont également trouvé un risque accru de décès toutes causes chez les gros consommateurs de boissons sucrées.

Les boissons sucrées – qui possèdent généralement très peu d’autres éléments nutritifs – agissent en « inondant » le corps de sucres. Alors que les aliments sucrés peuvent contenir d’autres nutriments, comme des graisses et des protéines, qui ralentissent le métabolisme.


Elles sont mauvaises pour les reins

Dans une nouvelle étude parue fin 2018 dans la revue Clinical Journal of American Society of Nephrology, 3003 participants ont répondu à un questionnaire alimentaire qui a permis de déterminer le type de boissons qu’ils consommaient entre 2000 et 2004. Tous les participants - dont la fonction rénale était normale au début de l’étude- ont été suivis pendant 9 ans.

Pendant la période de suivi, 185 participants ont développé une maladie rénale chronique. Les résultats montrent que ceux qui consomment le plus de boissons sucrées ont 61% de risque en plus de présenter une insuffisance rénale que les participants qui consomment le moins de boissons sucrées.

La consommation de boissons sucrées peut impacter la fonction rénale de façon directe ou indirecte. En effet, les boissons sucrées augmentent le risque d’obésité qui à son tour augmente le risque d'insuffisance rénale.  Des études ont également montré qu’une consommation importante de boissons sucrées pouvaient directement impacter l’incidence de la maladie rénale. Le fructose ajouté présent en grande quantité dans les boissons sucrées augmente la production d’acide urique qui peut lui-même conduire au développement de la maladie rénale.


Elles nous feraient vieillir plus vite !

La consommation de sodas sucrés est associée à des télomères plus courts. Les télomères constituent l’extrémité des chromosomes et correspondent à une combinaison d’ADN et de protéines. Ils jouent un rôle de protection des chromosomes et permettent d’assurer le maintien de l’intégrité du matériel génétique. Leur raccourcissement est un marqueur du vieillissement cellulaire. La consommation quotidienne de 60 cL de boissons sucrées, soit l’équivalent de deux canettes, reviendrait à vieillir prématurément de 4,6 années. Dans l’étude, le seuil des deux canettes est dépassé par 21% des participants. 

« La consommation régulière de sodas sucrés semble influencer le développement des maladies, pas seulement parce qu’elle malmène le métabolisme de contrôle des sucres du corps, mais aussi parce qu’elle accélère le vieillissement des tissus cellulaires» explique Elissa Epel, l’un des co-auteurs de cette étude.