Diététicienne-Nutritionniste

Anaëlle CHAUDIER

  • Anaëlle, Diététicienne

Et si le repas de Noël était bon à la santé ?


"Et si le repas de Noël était bon pour la santé ?"

La question peut paraître inattendu mais vous allez voir que cette idée n’est pas si folle !

Certes il y a des aliments comme le foie gras ou la bûche pâtissière qui, sur le plan nutritionnel, ne sont pas fameux. Mais première chose, on en mange (en principe) pas tous les dimanches. Et surtout il y a beaucoup d’aliments que l’on retrouve souvent sur notre table à Noel qui nous apportent de bonnes choses : Les huîtres, les coquilles saint jacques, les fruits de mer, le saumon fumé, les escargots, la dinde, les mandarines etc. Tout va dépendre des choix, des associations et bien sûr des quantités.


Quelques petits conseils :


- A l’apéritif : La traditionnelle coupe de champagne est la bienvenue car beaucoup moins alcoolisée et plus digeste que les alcools forts, cocktails ou les associations alcool-sucre. Évitez de les sodas, limonades et autres jus en bouteilles car leurs teneurs en sucre alourdiront le repas. Pensez aux eaux plates ou pétillantes agrémentées d’un filet de jus de citron ou d’orange ou à un jus de fruits frais pressés.

Pour l’accompagner, évitez les biscuits apéritifs habituels, petits fours feuilletés, saucisses cocktails… qui explosent l’apport énergétique de par leur teneur en lipides ! L’alternative peut être facile et léger, tout en étant original. La présentation de mini toasts ou de verrines change un peu et ajoute une note sophistiquée, tout en restant d’un apport calorique correct. Pensez aussi aux légumes, sous n’importe quelle forme. Disposez vos garnitures de canapés sur des navettes d’endives, des rondelles de courgette … ce qui évite le recours au pain toasté, ou pâte feuilletée. Pour les verrines : une base de mousses de légumes ou petit pois par exemple, avec plus ou moins une pointe de fromage de chèvre frais, des crevettes, des cerneaux de noix, du bacon grillé … pleins de choses sont possibles.


- En entrées : Pour le hors d’œuvre, privilégiez les poissons et fruits de mer, particulièrement digestes et pauvres en matière grasse comme les huîtres qu’un simple filet de citron suffit à accommoder, ou les Saint-Jacques cuisinées aux petits légumes. Le foie gras, boudin blanc, riz de veau… sont également présents sur les tables de fêtes. Eux, on peut difficilement les allégés car ils sont naturellement plus riches et moins digestes que les produits de la mer, il suffit d’en modérer la quantité en proposant d’autres choses pour les accompagner et d’éviter les présentations sous forme de feuilletés ou vol au vent, commercialisés en période de fêtes.


- En plat principal : Les viandes des repas de fêtes ou les poissons possèdent de bonnes qualités nutritionnelles, à commencer par leur faible teneur en matières grasses. C’est le cas des volailles (caille, chapon…), gibiers (biche, chevreuil, faisan…), viandes exotiques (bison, autruche…), bœuf (rôti, tournedos…) ou veau (filet, noix…). Sur le plat principal, il peut être bien de jouer sur l’accompagnement. Le recours aux légumes va modérer l’apport énergétique, tout en ajoutant une note raffinée, sous forme de ballotin, ou de purées de légumes… Que ce soit pour les poissons ou les viandes, ce sont souvent les sauces qui dégradent les vertus diététiques des aliments. Il conviendra de les alléger lors de leur préparation, ou de ne pas exagérer les quantités.


- Le fromage : Même s’il n’est pas indispensable, il reste bien ancré dans nos traditions. Il s’accompagne généralement de pain qui se rajoute à l’addition calorique. Limitez bien sûr la quantité, pour cela le servir avec un peu de salade verte par exemple ce qui peut diminuer la consommation de pain.


- Et la touche finale, le dessert : Il faut bien reconnaître que la traditionnelle bûche pâtissière, habituellement garnie de crème au beurre, est la dernière bombe énergétique du repas de fête. Il sera préférable de s’orienter vers une bûche composée de mousses de fruits ou bavarois, bien plus légères que la crème au beurre, ou vers une bûche glacée composée de sorbet.


 « Et si le repas de Noël était bon pour la santé ? »

OUI ! Simplement car prendre du plaisir c’est bon pour la santé ! Le jour de Noël, pas question de penser vitamine et cholestérol etc. Régalez vous ! Par contre anticiper et compenser ces repas pour éviter les problèmes digestifs et autres.